Franchise : lancer son premier magasin aux USA

Addict Group Nos conseils Leave a Comment

Lancer son premier magasin en franchise à l’étranger est un choix très valorisant lorsqu’on sait bien s’y prendre. Surtout lorsqu’il s’agit de s’implanter aux États-Unis, la possibilité de se développer rapidement et générer un profit majeur est augmentée. Mais ce n’est pas un projet qui s’accomplit avec facilité.

Il faut satisfaire certaines conditions importantes pour mener à bien son expatriation. Et comme tout voyage à l’étranger, une bonne préparation est primordiale, y compris la réalisation de certaines démarches administratives obligatoires.

Pourquoi choisir les USA pour lancer son magasin en franchise ?

Il est évident que créer une entreprise en franchise aux USA représente un réel potentiel de succès pour un investisseur français. Un tel projet offre en effet plusieurs atouts de croissance pour des raisons variées : marchés locaux vastes et diversifiés, libéralisation du commerce, conjoncture économique rayonnante, pouvoir d’achat élevé, taux et fréquence de consommation important dans tous secteurs confondus, innovation technologique puissante, etc. En outre, ouvrir son magasin a l’autre côté de l’Atlantique est une opportunité idéale pour changer de vie et prospérer son activité tout en bénéficiant de l’appui d’une marque.

Cela soutient donc l’intérêt de développer son business à l’étranger, et plus spécialement aux USA, qui constituent une attraction certaine pour les créateurs d’entreprise.

À lire : ouvrir une franchise sans apports

Les précautions à prendre pour réussir son activité aux USA

Selon une étude, plus de 30% français se sont expatriés aux États-Unis en 2018 pour y implanter leur commerce. Par ailleurs, le pays figure en deuxième place des destinations les plus appréciées pour ce qui est de créer une entreprise en franchise. C’est un choix qui s’inscrit soit dans le cadre d’un projet d’expansion à l’international ou de l’ouverture de son premier magasin. En termes de résultats,il en a été rapporté dans les deux cas un bilan satisfaisant, car à peu près, 2/3 du chiffre d’affaires engrangé par les réseaux franchisés nationaux proviennent des points de vente implantés dans ce pays.

Les chiffres révélés ne signifient pas pour autant que c’est un privilège tout donné aux entrepreneurs français. À tous les coups, une stratégie et une organisation adéquates sont nécessaires pour parfaire ce projet bien spécifique. On signale en particulier la faisabilité administrative et financière qui mérite une attention rigoureuse. Et dans ce cadre, l’exécution du concept, l’accompagnement du franchisé, le suivi des performances et la connaissance des codes culturelle et des évolutions des marchés locaux ainsi que d’autres domaines inhérents à l’implantation doivent être maîtrisés. Aux parties concernées donc de prendre les mesures les plus appropriées pour optimiser leur activité.

À lire : les éléments obligatoires lors d’un contrat de franchise

Se préparer avant le départ

De même, le départ à l’étranger doit toujours faire l’objet d’une régularisation vis-à-vis des autorités. C’est une condition sine qua non pour voyager en toute sérénité aux USA et exercer son activité de manière légale. Dans ce cas précis, un visa E est donc indispensable. Mais à préciser que ce visa n’est demandé qu’en cas de long séjour. Le cas échéant, une autorisation ESTA est requise pour les visites de courte durée, généralement pour les séjours de moins 90 jours. Cela est nécessaire par exemple quand l’entrepreneur souhaite observer la situation sur place, constituer les éléments de son étude ou encore préparer le terrain.

L’ESTA ou Electronic System of Travel Authorization est un formulaire de renseignements en ligne à remplir par les personnes souhaitant voyager (par voie aérienne ou maritime) aux USA pour une durée de 3 mois au maximum. La demande y afférente doit être effectuée 72 heures avant le déplacement. Ce système est ouvert aux ressortissants des 30 États bénéficiant du programme d’exemption de visa. Il est important de rappeler qu’il ne s’agit pas d’un visa, dont l’obtention s’avère plus longue et compliquée. Son intérêt est d’accélérer et faciliter les démarches administratives liées aux courts séjours en territoire américain.

Franchise : lancer son premier magasin aux USA
Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *